Travailler aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont un marché de l’emploi dynamique avec un taux de chômage faible, 5.5% en 2015. Il est pourtant assez difficile pour un étranger de travailler aux Etats-Unis car les employeurs privilégient l’embauche des américains. Cependant, si vous possédez des compétences spécifiques dans un domaine et de l’expérience, votre profil a de grandes chances d’intéresser les recruteurs. Avant de postuler aux Etats-Unis, il est important de connaître le marché du travail, la culture d’entreprise et les démarches à effectuer.

Travailler aux Etats-Unis

Le marché de l’emploi

Malgré l’image des multinationales américaines, l’économie des Etats-Unis repose sur les PME qui représentent 99% des entreprises, soit 30 millions d’entreprises. Le secteur des services est le plus dynamique, il représente 68% du PIB américain, en particulier l’industrie des loisirs, le secteur de la santé et les services aux entreprises qui tirent l’économie depuis 2010. Le secteur industriel est, quant à lui, au ralenti notamment à cause de la chute du prix du pétrole. Les secteurs de l’éducation, de l’administration, du commerce de détail, du tourisme et de la restauration sont aussi des secteurs qui recrutent aux Etats-Unis.

Le Visa

Pour travailler aux Etats-Unis, vous aurez besoin d’un visa. Plusieurs types de visa permettent d’exercer une activité professionnelle.

  • H-B1: Employés spécialisés disposant d’un diplôme de l’enseignement supérieur. Ce visa est généralement accordé pour 3 ans et l’Etat en délivre 65 000 par an.
  • H-2A: Ouvriers agricoles saisonniers ou temporaires.
  • H-2B : Emplois temporaires ou saisonniers, autre qu’un emploi agricole qui ne peuvent pas être assuré par un américain.
  • H-3 : Stagiaires dans une entreprise américaine.
  • L : Cadres supérieurs transférés dans la filiale ou maison-mère d’une multinationale et ayant au minimum 1 an d’expérience dans cette entreprise. Il faudra prévoir le paiement d’un droit de 500$.
  • O-1 : Ressortissants étrangers bénéficiant de compétences exceptionnelles dans le domaine des sciences, des arts, de l’éducation, des affaires, ou de l’athlétisme.
  • P-1 : Athlètes participant à une compétition individuelle ou en équipe. Un niveau reconnu à l’international est exigé.
  • Q : Participants à un programme d’échange culturel d’un an.
  • J-1 : Visa d’échange qui permet de participer à des programmes d’éducation, de formation de travail, et d’échange culturel pour une durée maximale de 18 mois. (stage, au pair, professeurs d’université…)
  • E : Investir dans une entreprise américaine ou monter une affaire commerciale.

Les frais de demande de visa dépendant de la catégorie de visa. Pour un visa B ou J comptez 144 euros, pour un visa E comptez 185€, enfin un visa de type H, L, O, P ou Q, vous coûtera 171€.

Pour plus d’informations sur les visas de travail, rendez-vous sur notre page les visas aux États-Unis.

Travailler aux Etats-Unis

La culture d’entreprise

Les américains sont individualistes, ils accordent beaucoup d’importance à leur statut social et travaillent dur pour gravir les échelons. Il est important d’arriver à l’heure au travail mais cela vaut aussi pour le reste, on ne rigole pas avec la ponctualité aux États-Unis. En ce qui concerne les réunions de travail, elles sont plutôt informelles. Il est bien vu de briser la glace avec une « joke », de parler fort et d’avoir une présentation avec des points clés et quelques images.

Les employeurs américains sont exigeants, ils attendront de vous :

  • Une bonne éthique de travail, ce qui implique des heures supplémentaires.
  • Une attitude positive, constructive et un certain dynamisme
  • Que vous soyez ouvert, proactif et sûr de vous
  • Le partage d’information au sein de l’équipe
  • Être capable de recevoir les instructions du chef d’équipe

Pour saluer les membres de l’équipe, oubliez la bise, les américains n’aiment les contacts physiques, une poignée de main ferme ou un simple « Hello, how are you ? » suffiront. Ils n’apprécient pas non plus les attitudes négatives et les personnes qui se plaignent. Ils utilisent souvent des expressions comme « brilliant », « excellent » « Make it work ». Ils sont également reconnus pour leur excellent service-client. Un employeur attend donc que vous soyez courtois et friendly, le client est roi aux États-Unis. Les américains fonctionnent au mérite, la personne qui atteint ses objectifs aura droit à un bonus et celle qui aura obtenu les meilleurs résultats sera élue employé de l’année.

La tenue vestimentaire au travail dépend beaucoup de la région où vous travaillez. Dans l’Ouest du pays, on s’habille plus décontracté qu’à l’Est par exemple. De plus, il est d’usage de s’habiller casual le vendredi. Les hommes portent en général un costume et les femmes un tailleur ou une robe.

Travailler aux Etats-Unis

Trouver du travail

Pour trouver du travail aux États-Unis, vous devez commencer par la rédaction de votre resume et de votre lettre de motivation en anglais. Mettez en avant vos expériences professionnelles et adaptez votre parcours universitaire aux standards américains. Parler anglais est nécessaire pour trouver du travail aux USA, il est important de bien préparer l’entretien afin d’être capable de s’exprimer sur ses expériences et de se vendre. Si vous possédez des compétences spécifiques, n’hésitez pas à les mettre en avant, vous augmenteraient vos chances.

Postuler aux États-Unis

Lors de votre recherche, vous pouvez cibler des entreprises américaines et envoyer des candidatures spontanées, consulter les annonces sur les sites internet dédiés et les journaux locaux (New York Times, Washington Post), faire appel à votre réseau ou encore postuler auprès des cabinets de recrutement. Vous pouvez également vous rapprocher des entreprises françaises, certaines PME telles que LR Paris, Parrot ou encore les boulangeries Kayser, sont en plein développement. Enfin, la solution la plus simple pour travailler aux États-Unis reste de se faire transférer dans la filiale américaine de son entreprise française.

Créer son entreprise

Si vous souhaitez entreprendre, les États-Unis peuvent être la solution. Les démarches sont simples, le gouvernement n’exige pas de capital minimum ni de nombre d’associés, vous pouvez devenir entrepreneur en moins de 24 heures sans bouger de chez vous. Il faut savoir que le droit des sociétés est régi par l’État dans lequel vous enregistrez votre société, il est donc important de s’informer sur les lois de chaque État avant de s’y installer. Vous devrez également choisir le type de votre société, les plus courantes étant les Limited Liability Companies et les Corporations (équivalent d’une SA). Il faudra tout de même être vigilant car le marché est très concurrentiel.

Enregistrer